Les contes de Nasreddin Hodja

Bonjour et bienvenue à tous

Lecteurs de 7 à 777 ans, sur   CE SITE   vous retrouverez

202 contes  de Nasredin Hodja

(que je posterai  au fil des jours, laissez-moi un peu de temps !) authentiques ou imaginaires, tous humoristiques. Sont-ils absurdes ou  pleins de bon sens? A vous de vous faire une opinion!

En voici une mise en bouche:

S’il a enfanté il peut aussi mourir

Nasreddin Hodja eut besoin d’un chaudron qu’il emprunta à un voisin. Puis il rapporta le chaudron avec une petite marmite.

— Ton chaudron a enfanté, lui dit Nasreddin.

Un peu plus tard, Nasreddin redemanda le chaudron qui lui fut prêté volontiers. Ne voyant pas son ustensile revenir, le propriétaire décida d’aller le réclamer.

— Ton chaudron ? Mon pauvre ami, je n’avais pas le courage de te le dire. Ton chaudron est mort !

— Mort ? Mais, Hodja, a-t-on jamais vu mourir un chaudron ?

— Tu avais bien cru qu’il avait enfanté, pourquoi ne crois-tu pas à sa mort ?

La vallée inondée

Nasreddin Hodja venait à Aksehir pour la première fois. Il n’avait encore jamais vu de lac.

Contemplant le paysage, il dit :

— Bel endroit, dommage que la vallée soit inondée !

L’atterrissage de l’âne

Nasreddin Hodja descendait de la montagne avec son âne.  L’animal tomba dans le précipice. Le pauvre Hodja, arrivé au village, rencontra un ami :

— Où est ton âne, Nasreddin ?

— Il a volé dans un précipice.

— Comment, il a volé ?

— Oui, il a volé, mais il n’a pas su atterrir.

Quel paresseux !

Le fils de Nasreddin Hodja, qui étudiait à Konya, écrivit à son père :

« Cher papa, je prie pour toi quatre fois par jour… »

Les bons musulmans priant cinq fois par jour, Nasreddin soupira :

— Quel paresseux ! Il se lève toujours aussi tard le matin !

La cruche

Un jour, Nasreddin Hodja donna une cruche à sa fille pour la remplir à la fontaine, puis lui appliqua deux gifles.

— Fais bien attention à la cruche, ne la casse pas, lui recommanda-t-il.

La fillette se mit en route en pleurant. Un témoin demanda :

— Hodja, pourquoi commets-tu ce genre d’injustice ? Qu’a-t-elle fait ?

Fronçant les sourcils, Nasreddin répondit :

— De quelle utilité serait la correction, une fois la cruche réduite en morceaux ?

 

Ces histoires vous plaisent?

Rendez-vous ici, il y en a d’autres:

http://nasreddinhodja.unblog.fr/

 

Publié dans : Plein de "petits trucs" |le 11 novembre, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

CŒUR D'ENFANT / LES AM... |
DRAGONBALLCYCY |
Alpha-pour-Beta |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MODESTES TALENTS de Bruno
| philateliejocondienne37
| LA PASSION DES MONTRES MECA...